La pleine conscience du pouvoir | Podcast sur l’alimentation

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur email

Découvrir
Indépendance
Cannelle :

Peut-être que, comme de nombreuses femmes, vous vous demandez comment vous réconcilier avec la nourriture ? Voire comment ne pas être obsédée par la nourriture ? Avec ce podcast sur l’alimentation, j’ai envie de vous accompagner, non pas en vous vantant les mérites de tel ou tel régime, ni en vous proposant une énième explication détaillée sur les composantes d’une alimentation saine, non non. J’ai envie de discuter avec vous des liens entre alimentation et émotions, afin de vous (ré)apprendre à manger en pleine conscience. Mon projet avec ce podcast sur l’alimentation, c’est de vous apporter tous les outils que je connais pour vous aider dans votre rapport à l’alimentation, ainsi que des témoignages de femmes qui souffrent ou ont souffert (et s’en sont sorties!) d’un trouble du comportement alimentaire, ou qui, comme vous, se demandent comment avoir une relation saine avec la nourriture. Qui suis-je ? Qu’est-ce qui m’a amenée à la création de ce podcast ? Qu’est-ce que j’ai envie de vous apporter, de vous offrir ? Découvrez cela tout de suite.  

Qui suis-je ?

Je m’appelle Anne Pioz, je suis psychothérapeute et coach. Avant de vous présenter en détail mon podcast sur l’alimentation, parlons d’abord de mes deux casquettes professionnelles. 

Psychothérapeute

Je suis installée comme psychothérapeute en cabinet libéral à Dourdan, dans l’Essonne, où je vis. J’ai ouvert ce cabinet en 2008et depuis j’y accompagne individuellement des personnes de tous âges. Je reçois des enfants à partir d’à peu près 2 ans, jusqu’à… disons 99 ans, pour les plus grands enfants 😉 Je n’applique pas de limite d’âge pour accepter de recevoir une personne en psychothérapie, car je pense qu’il n’y a, justement, pas de limite d’âge :

  • à la fois pour rencontrer des problématiques de vie ; 
  • et à la fois pour s’interroger sur qui on est et sur comment nous fonctionnons. 

Je suis convaincue que nous avons le potentiel de changer, quel que soit notre âge. 

Mes compétences en tant que psychothérapeute proviennent d’abord de la formation que j’ai reçue entre 2006 et 2011, basée sur l’approche centrée sur la personne. Pour ceux qui connaissent, il s’agit du courant humaniste des psychothérapies. J’ai continué à me former, au fil des ans : 

  • notamment à l’ACT, une thérapie cognitivo-comportementale de 3e vague, depuis 2018 ; 
  •  mais également à la pleine conscience, que j’intègre beaucoup dans mes accompagnements.

Voilà pour la casquette de psychothérapeute !

Coach

Parallèlement à cette activité, j’ai commencé, en 2019, à proposer des accompagnements à distance. Ce projet est en lien avec des aspirations personnelles, qui vont peut-être m’amener à transporter mon activité ailleurs qu’ici, à Dourdan. En tant que coach, jusqu’à il y a peu, j’accompagnais essentiellement des jeunes dans leurs choix d’orientation scolaires et professionnels. Petit à petit, j’ai souhaité me tourner vers des accompagnements de femmes dans leur relation avec l’alimentation, ce que je réalise avec joie depuis l’automne 2020. 

Comment en suis-je arrivée à manger en pleine conscience ? 

Pourquoi ai-je eu envie de proposer des accompagnements autour de la relation avec la nourriture ? Vous vous en doutez (ou peut-être pas !) : c’est en lien avec mon parcours personnel. Voilà le bonhomme de chemin qui m’a amenée jusque-là. 

L’histoire de ma relation avec la nourriture

J’ai longtemps été une personne « addict à la nourriture ». Je pense que c’est ainsi depuis… ma naissance peut-être pas, mais au moins mes 7 ou 8 ans, d’après mes souvenirs les plus anciens. Je me consolais déjà, ou me faisais consoler par ma grand-mère par exemple, avec la nourriture. J’ai souvenir, quand j’étais triste, d’aller la trouver. Elle me donnait alors des biscuits ou me préparait quelque chose à manger. Ainsi, très tôt dans ma vie, l’alimentation a pris un rôle de réconfort. On peut dire que j’ai appris à vivre mes émotions en les mangeant. J’étais un peu ronde à l’adolescence, encore que, pas tant que ça quand je regarde les photos. Jeune adulte, j’ai commencé les régimes… Si bien que j’ai vite rencontré le phénomène de yoyo, que vous connaissez peut-être : perdre du poids, reprendre du poids, reperdre du poids, reprendre du poids… 

Ça a duré comme ça jusqu’en 2017. Là, j’ai commencé à avoir des problèmes d’essoufflements. Mes kilos commençaient à devenir problématiques pour ma santé et ça a agi chez moi comme un déclic. J’approchais des 50 ans et je ne voulais pas commencer à être limitée dans mes activités physiques. Je suis une femme qui aime être active, je suis sans cesse dans l’action. Je ne voulais pas être freinée dans l’envie que j’ai, de pouvoir accomplir pleins de choses dans ma vie, y compris avec mon corps. J’ai fait un énième régime, mais cette fois-ci, après avoir perdu quelques kilos, j’ai commencé à réaliser que le problème ne venait pas de mon assiette. 

Peut-être avez-vous déjà vécu cette expérience également ? En effet, après plusieurs régimes en étant accompagnée d’une diététicienne, ou programmes type Weight Watchers©, où nous sommes beaucoup encouragées à équilibrer notre assiette : je savais parfaitement comment composer mes repas de façon saine et équilibrée. Le problème n’était à l’évidence pas là. La difficulté provenait de mon esprit : je ne pouvais pas m’empêcher de manger, alors que je n’avais pas faim. Quand j’ai réalisé ça, j’ai décidé de me faire accompagner, parce que toute seule, je n’y arrivais pas.

L’arrivée de la pleine conscience dans mon rapport à l’alimentation

J’ai rencontré une coach, que vous connaissez peut-être, qui s’appelle Esther Taillifet. Elle propose beaucoup de contenus autour de la relation avec la nourriture, que j’ai intégralement consultés. Mais j’ai finalement réalisé que seule, ce n’était pas possible pour moi d’avancer là-dessus, ou du moins pas suffisamment. J’ai donc suivi son programme et cela m’a permis de : 

  • vraiment réaliser que ça se passait essentiellement dans ma tête ; 
  • de comprendre que j’avais besoin de réellement travailler sur mes pensées et mes émotions. 

Parallèlement à ça, j’ai suivi un cursus de formation à la pleine conscience. Cette pratique est souvent utilisée contre le stress et l’anxiété, mais elle s’applique à pleins de problématiques et sujets du quotidien et de la vie, dont ceux liés aux émotions. J’en ai parlé plus haut : la pleine conscience était déjà présente dans ma vie. Cependant, j’avais encore du mal à l’installer dans mon quotidien. J’ai été merveilleusement accompagnée et nous avons beaucoup pratiqué. Grâce à ce cursus, elle est devenue essentielle et centrale pour moi. J’ai mis la pleine conscience au cœur de ma vie et j’ai pu comprendre la puissance qu’elle pouvait avoir sur ma relation avec l’alimentation. 

Pourquoi “La pleine conscience du pouvoir” comme podcast sur l’alimentation ?

Pour redonner du pouvoir aux femmes

Riche de toutes ces expériences (et après avoir procrastiné un peu) je me suis dit : « Mais enfin Anne, c’est évident : c’est à ton tour d’accompagner des femmes au sujet de leur alimentation ! ». Avec mes accompagnements et ce podcast sur l’alimentation, j’ai envie d’inviter les femmes à :  

  • remettre de la conscience dans votre vie ; 
  • apprendre à manger en pleine conscience ; 
  • se réconcilier avec vos émotions et la nourriture. 

Je dis « les femmes » oui, car je m’adresse principalement aux femmes. Je ne dis pas que je ne veux pas accompagner d’hommes, ni que ce podcast ne s’adresse pas à eux ! Loin s’en faut, car eux aussi peuvent rencontrer des problèmes dans leur relation à l’alimentation. Néanmoins, le fait est que nous les femmes, nous sommes soumises à de nombreuses injonctions extérieures autour : 

  • du poids qui devrait être dans une certaine norme ; 
  • de l’image corporelle que nous devons renvoyer ; 
  • du corps qui devrait ressembler à ci ou ça. 

Je ne nie pas que pour certains hommes, il puisse y avoir quelque chose de difficile dans ces injonctions-là, malgré tout je pense que ces questions sont plus pesantes encore pour les femmes. 

Pour vous aider à (re)trouver une relation saine avec la nourriture

Vous l’aurez sans doute compris, mais je vais quand même faire un petit focus sur ce point :  il ne s’agit pas forcément de perte de poids ! Il s’agit bien, de façon générale, de votre relation avec l’alimentation. Parmi les femmes que j’accompagne, certaines ont besoin ou envie de perdre du poids, mais d’autres pas du tout ! Par contre, elles sont dans une lutte permanente, pour conserver leur poids, pour ne pas grossir ou au contraire pour ne pas maigrir ! Il existe aussi des personnes qui ont besoin de (re)prendre du poids. Mais ce qui est commun à toutes ces femmes, c’est que leur espace mental est occupé et préoccupé par leur assiette. Pour résumé, bien sûr 😉 Nous reviendrons là-dessus plus en détail. 

Pour vous donner les clés d’un bien-être général

Ce podcast va donc parler de pleine conscience, mais aussi de redonner du pouvoir aux femmes, de leur permettre de retrouver la maîtrise sereine et totale de leur relation à l’alimentation… ou de leur vie d’une manière plus générale. Et oui ! Un problème avec l’alimentation quel qu’il soit, peut occuper un espace mental considérable. Ainsi, j’ai pu constater chez moi-même et chez des femmes que j’accompagne, que lorsque cela disparaît, toute une énergie se retrouve libérée, prête à se consacrer à pleins d’autres choses ! Toutes ces choses n’étaient pas possibles avant, parce que cet espace mental-là était très préoccupé, voire obsédé, par ce qu’il se passait dans l’assiette. 

Vous commencez peut-être à comprendre le nom que j’ai donné à ce podcast, « La pleine conscience du pouvoir » ? Mes envies et objectifs, tournés vers les femmes, au travers de ce podcast, sont donc : 

  • les aider à retrouver du pouvoir sur leur alimentation ;
  • leur redonner un pouvoir sur leur vie en générale ; 
  • leur permettre d’intégrer plus de conscience dans leur quotidien ; 
  • leur apporter des témoignages de femmes vivant ou ayant vécu des expériences similaires. 

Pour vous faire réaliser que vous n’êtes pas seules

Au tout début de ce projet de ce podcast, je n’avais que le partage de témoignages en tête. Je souhaitais que vous puissiez réaliser que : « Mais oui, d’autres femmes ont rencontré les mêmes problèmes que moi ». Depuis, mes idées ont fait leur chemin et se sont étoffées, mais j’ai gardé cette envie de témoignages car : 

  • soit, ces femmes sont encore aux prises avec ce travail et vous pourrez vous dire que vous n’êtes pas seules ; 
  • soit, elles en sont sorties et c’est, selon moi, un message d’espoir très fort, si vous-même rencontrez des problèmes avec votre alimentation. 

Peut-être avez-vous l’impression qu’il n’y a pas d’espoir, que c’est une fatalité et que vous allez continuer à vous battre jusqu’à la fin de votre vie ? Peut-être avez-vous vu votre mère le faire, peut-être voyez-vous vos amis le faire ? Ainsi, peut-être ne voyez-vous aucune issue ? Mais en fait, il y en a. Je ne dis pas que c’est simple, je ne dis pas que ça ne demande pas de travail, mais vous le verrez avec les témoignages qui arriveront dans les prochaines semaines et prochains mois : on peut s’en sortir. 

Maintenant que vous savez qui je suis et quel chemin j’ai emprunté pour arriver jusqu’à ce podcast sur l’alimentation : racontez-moi qui vous êtes, vous ! Laissez-moi des commentaires, confiez-moi votre histoire ! Pensez à vous abonner, afin de ne pas louper nos rendez-vous. J’ai prévu que nous nous retrouvions un mardi sur deux, « même heure même endroit » 😉 Et si les témoignages et outils que je partage avec vous vous aident à manger en pleine conscience et à vous réconcilier avec la nourriture : pensez à accorder 5 étoiles à mon podcast. Cela permettra à d’autres femmes de le découvrir ! 

Vous souhaitez en savoir plus sur mon accompagnement ?

Rendez-vous sur la page d’Indépendance Cannelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ouvrir le chat
💬 Besoin d'infos supplémentaires ?